Try Again : Yakuza 0

En tant que joueur, je passe et je passerais encore à côté de grandes sagas du jeu vidéo. La franchise Yakuza fait partie de ces séries dont je garde un œil dessus depuis un certain temps. Les Yakuzas étaient assez confidentiels jusqu’à leurs publications sur PS3. L’été dernier, le PC a accueilli son premier jeu Yakuza avec l’épisode Zero. Je me suis dit que c’était alors un bon moyen de commencer la franchise. Entrez dans un monde où l’honneur est une arme.

Le commencement

Yakuza 0 est sorti en 2015 au Japon puis seulement en 2017 aux USA et en Europe sur PS4. Le portage PC n’est sorti que le 1er août 2018 dernier. On suit Kazuma Kiryu, membre des yakuzas qui a été accusé d’un meurtre à tort. Ce dernier doit découvrir qui est derrière tout ça. Au même moment, Goro Majima, dirigeant d’un cabaret a une sérieuse décision à prendre pour son avenir.

On se retrouve plonger dans le Japon des années 80 avec son lot de boules à facettes. Les quartiers sont vivants et explosent de mille feux. C’est un réel plaisir de se balader dans Tokyo que ce soit de jour comme de nuit. L’ambiance est soignée jusque dans les cinématiques rappelant beaucoup les films de genre. Tout est calculé pour permettre de s’immerger à 100%. Malgré que le jeu soit seulement traduit en anglais, on arrive à suivre ce qui se passe à l’écran. Les personnages parlent beaucoup, ce qui rend les échanges assez longs parfois. On peut passer rapidement les discussions si l’on souhaite.

Mais ce qui nous intéresse dans Yakuza 0, c’est son système de combat. Kiryu sait se battre et le démontre aux quelques forcenés qui tentent de lui barrer la route. Enfin un jeu où les combats à mains nues sont prenants. Grâce à quatre styles de combat, les affrontements sont variés et punchy. On peut même utiliser le décor pour en découdre. A côté de cela, j’ai vu qu’il y avait pleins d’activités annexes. Du karaoké, de l’investissement immobilier, bar à hôtesses ou encore bornes d’arcades à disposition, le monde de Yakuza regorge de choses à faire. Ayant seulement que peu d’heures de jeu au compteur, je n’ai pas pu encore en profiter.

Ce qui m’a le plus impressionné, c’est le jeu d’acteur des protagonistes. D’après ce que j’ai lu, SEGA a fait appel à de vrais comédiens renommés pour Yakuza 0. Les moments de tensions durant les cinématiques sont juste fous. Comme je disais précédemment, on est complètement immergé dans l’univers des gangsters japonais. On a clairement envie de connaître la suite à chaque passage important.

Yakuza 0 est un très bon portage PC de la part de SEGA. Le titre sait nous accaparer pour nous faire accrocher à l’histoire de Kiryu et de Majima. Le seul bémol pour certains sera que le titre ne propose que l’anglais en sous-titrage.

Previous articlePreview : Hitman 2
Next articleTest : Spider-Man
electrostreetfr
Je suis Cyril, c'est moi qui est derrière electrostreet.fr depuis 2015. Ce blog, c'est mon repère où je parle jeux vidéo et high-tech. Si tu veux en savoir sur mon parcours, la page À Propos t'en apprendra plus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

DERNIERS ARTICLES

PS5 : quels jeux au lancement ?

Sony et Microsoft seront au coude à coude en fin d’année avec le lancement de leurs nouvelles machines : la PS5 et la Xbox Series...

Xcloud, mon avis sur le cloud gaming de Microsoft

Alors que la France arrive à la fin de son confinement le 11 mai prochain normalement, le dématérialisé aura été là pour contenter les...

Nioh 2, une suite toujours exigeante

Alors que Nioh premier du nom a mis 13 ans avant de sortir (2017), Nioh 2 quant à lui, aura mis seulement 3 ans...

Test : Scourgebringer (Early Access)

Chez les indépendants, il est monnaie courante de sortir un jeu en early access afin d’avoir le retour des joueurs. C’est cette option qu’a...

Edito #7 : La blogosphère jeux vidéo ne se renouvèle pas

Un blog est un type de site web utilisé pour la publication périodique et régulière d’articles personnels. Ceci est la définition d’un blog. Aujourd’hui,...
pulvinar dapibus et, felis suscipit consectetur id Praesent neque. eget quis velit,