Test : Uncharted 4 A Thief’s End

La Playstation 4 est sortie le 29 novembre 2013 en Europe, il aura donc fallu attendre trois ans pour voir pointer le bout du nez de Nathan Drake sur la dernière né de Sony. Véritable saga qui a permis de vendre par milliers des consoles durant le cycle d’avant, Uncharted 4 A Thief’s End semble venir sceller les aventures de notre célèbre explorateur. Sans plus attendre, voici mon test Uncharted 4 A Thief’s End.

Jeu envoyé par l’éditeur

Carte postale

Attendu au tournant comme l’épisode qui doit clôturer la série, Uncharted 4 avait une sacrée responsabilité sur les épaules. Connu pour leur perfectionnisme, les développeurs de Naughty Dog n’ont pas fait les choses à moitié concernant l’aspect graphique du titre. On est tout simplement devant le plus beau jeu du moment tous supports confondus. Les différentes vidéos de promotion avaient mis l’eau à bouche, ce n’en est rien dès qu’on prend la manette. Sublime, somptueux, à tomber par terre, les superlatifs me manquent pour qualifier la qualité graphique d’Uncharted 4. C’est hallucinant de voir le soin apporté aux décors extérieurs comme intérieurs. L’eau, la végétation (mon dieu), le feu…Tous ces éléments transpirent la passion du détail. Combien de fois je me suis arrêté pour jouer avec le mode photo du jeu ou simplement enregistrer un cliché pour en faire un fond d’écran. La beauté du titre met à l’amende toutes les autres productions sorties à ce jour.

Toujours d’un point de vue technique, Naughty Dog atteint des sommets avec la modélisation de ses personnages et de leurs visages. Les expressions faciales sont des plus saisissantes. Les émotions se lisent clairement sur les visages des protagonistes, on arrive à un degré de réalisme assez fou. L’animation de Drake est rendu ici beaucoup plus souple, ce qui rend par exemple l’escalade simple et efficace. Uncharted 4 tourne en 1080p et 30 FPS afin de garder cet aspect cinématographique voulu par les développeurs. Reste le multi qui bénéficie du 60 FPS pour des parties de match à mort en équipes et autres modes de jeu.

La fin d’une aventure

Côté scénario, Nathan Drake a raccroché les flingues pour vivre une vie paisible en compagnie de sa femme Elena. Leur routine va être perturbéetest uncharted 4 quand Sam, le frère de Nathan, refait surface alors que ce dernier le pensait mort. Sauf que Sam revient avec une dette. Il doit retrouver le trésor du célèbre pirate Henry Avery afin de sauver sa peau. Ni une, ni deux, Nate prête main forte à son frère sans prévenir Elena. Uncharted 4 va nous emmener aux quatre coins du globe pour retrouver le fameux trésor. Bien que les paysages soient fort jolis, l’histoire met trop de temps à se mettre en place sur la totalité des 15h de jeu. Pour donner un ordre d’idée, il faut attendre le chapitre 10 pour que les choses bougent enfin. Le rythme est beaucoup moins soutenu comparé aux épisodes d’avant. On sent ici l’inspiration de The Last Of Us des scénaristes qui veulent introduire Sam correctement dans l’histoire et jouer plus la carte de l’émotion que celle de l’action. De plus, l’histoire de ce quatrième volet reste assez simple et cousu de fils blancs comme les précédents mais la force de Naughty Dog est de savoir les raconter. Et c’est à ce moment que la technologie se complète à la narration. L’immersion y gagne grandement notamment quand Nathan retrouve Elena au milieu de l’aventure. L’émotion est palpable malgré que l’on soit juste spectateur de ce qui se passe à l’écran. De plus, les interactions des personnages sont nombreuses et crédibles. Ce sont tous ces détails qui rendent Uncharted 4 grand et en avance sur le reste des AAA.

Contrairement à son histoire classique, le gameplay d’Uncharted 4 A Thief’s End a gagné en efficacité et nervosité. La grimpette se voit un peu renouvelée grâce à l’ajout d’un grappin qui permet de passer plus facilement d’une zone à une autre et apporte une dose de verticalité bienvenue. Uncharted 4 s’ouvre à de plus grandes zones faussement ouvertes qui ne servent pas tellement à part pour admirer les décors et trouver les trésors. Mais ces zones sont plus intéressantes quand il s’agit aborder une fusillade. On a le choix entre plusieurs approches que ce soit bourrin ou infiltration en se cachant dans la végétation. Qui plus est, les armes répondent bien et sont assez jouissives dans l’ensemble. Cependant, un petit bémol est à mettre au profit de l’IA qui soit ne nous voit pas, soit elle nous tombe dessus tout d’un coup. Les derniers chapitres en font les parfaits exemples. Reste que les gunfight d’Uncharted 4 sont plaisants à jouer, l’ajout de zones plus ouvertes pour ces situations extrêmes fût une bonne idée.

Uncharted 4 A Thief’s End conclut la saga débutée en 2007 sur PS3. Jouant plus l’émotion que l’action, Uncharted 4 a tenté une autre approche sans trahir sa recette de départ. Pari réussi mais avec des défauts qu’il ne faut occulter au profit de la splendeur du titre. La dernière aventure de Nathan Drake est quand même à classer dans le haut du panier. Il est temps pour Sony et Naughty Dog de se concentrer sur le futur et laisser l’explorateur vivre sa vie de famille.

Previous articleTest : DOOM
Next articleEvénement : E3 2016
electrostreetfr
Je suis Cyril, c'est moi qui est derrière electrostreet.fr depuis 2015. Ce blog, c'est mon repère où je parle jeux vidéo et high-tech. Si tu veux en savoir sur mon parcours, la page À Propos t'en apprendra plus.

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

DERNIERS ARTICLES

Ghost of Tsushima : le non-test

J’ai tant redouté ce moment mais j’y suis. Je vais enfin écrire sur Ghost of Tsushima. J’ai la dernière exclusivité de Playstation depuis sa...

Avis : Nanoleaf Canvas

Il y a maintenant plus de deux ans, j’ai déménagé dans un nouvel appart. Bien entendu, les murs étaient vides et la décoration se...

Test: The Last of Us Part II, la suite qui divise

Dans le monde du jeu vidéo, faire des suites est monnaie courante. On peut très vite se retrouver avec une série de plusieurs jeux...

PS5 : quels jeux au lancement ?

Sony et Microsoft seront au coude à coude en fin d’année avec le lancement de leurs nouvelles machines : la PS5 et la Xbox Series...

Xcloud, mon avis sur le cloud gaming de Microsoft

Alors que la France arrive à la fin de son confinement le 11 mai prochain normalement, le dématérialisé aura été là pour contenter les...
tristique libero sed porta. Praesent et, Aenean elementum ipsum