Test : Season After Fall

0
113
Test Season After Fall

Créée en 2009 à Montpellier, Swing Swing Submarine est revenu cette année sur consoles avec un nouveau jeu au doux nom de Season After Fall. Après Blocks That Matter et Tetrobot & Co, le studio s’est tourné vers un jeu de plate-forme dans la lignée d’un Ori and The Blind Forest pour la direction artistique. Que vaut Season After Fall ? C’est tout l’objet de cet article.

Jeu envoyé par l’éditeur

L’aquarelle prend vie

Comme je l’ai dit, la direction artistique est unique dans Season After Fall. La peinture prend vie sous nos yeux. Le jeu tournant autour des saisons, les couleurs resplendissent de mille feux dans chaque partie des décors. Quand on passe d’un hiver froid à la chaleur d’un été, on est totalement subjugué par le travail des artistes de Swing Swing Submarine.

Test Season After FallDans Season After Fall, on incarne un renard qui va recevoir le pouvoir de changer les saisons afin de rétablir l’équilibre. Plutôt simple comme histoire, le tout se laisse suivre avec intérêt grâce aux phases de plate-forme et d’énigmes. En effet, on passe d’une saison à une autre pour avancer dans les niveaux. On doit alors réfléchir un minimum pour passer un précipice qui nous bloque. Le changement de saison se fait grâce au stick droit, le reste du gameplay est très classique. Le jeu emprunte aussi au metroidvania où plusieurs allers-retours sont indispensables pour avancer. Cela peut lasser certains joueurs mais pour les autres comme moi, c’est un petit bonheur de découvrir des endroits qui étaient encore inaccessibles une heure auparavant.

Enfin côté audio, on notera la très bonne performance de la narratrice française durant le jeu. Sa voix et ses intentions donnent encore plus de vie à un jeu déjà sublimé par ses décors. La musique n’est pas en reste et s’accorde comme il se doit aux différents moments de notre aventure.

Season After Fall est un jeu honnête, qui ne se prend pas pour le meilleur jeu de plate-forme ou autre. Non. Il nous fait passer un beau moment devant une peinture vidéoludique qui prend vie et qu’on ne quitterait plus des yeux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here