Test : Dungeons 3

1
81
Test Dungeons 3

Le blog est en pleine période où les orcs et autres créatures de fantasy sont de sortie. Entre Shadow Of War dont le test arrivera bientôt et Dungeons 3 qui sera le sujet de cet article, on est servi. Troisième volet de la franchise Dungeons, cette suite repart sur le chemin du mal en personne. Sommes-nous en face de vraies nouveautés ou simplement une redite des deux autres jeux.

Jeu envoyé par l’éditeur

Le Mal, je suis Le Mal !

Test Dungeons 3 La série des Dungeons s’est fait connaitre en 2011 sur PC, sa suite vu le jour en 2015 et ce troisième volet le 13 octobre dernier. Dungeons 3 est un jeu de gestion doublé d’un jeu de stratégie en temps réel (STR). Dans les bottes du Mal absolu à travers le personnage de Thalya, elfe noire et fille bipolaire de Tanos, on doit étendre notre domination sur le monde. Le scénario n’existe pas vraiment, c’est-à-dire que le narrateur est le seul fil conducteur du jeu à travers ses blagues à base de référence de la pop culture et autres joyeusetés. C’est réellement lui la star de Dungeons 3 si ce n’est de toute la franchise. Le quatrième mur est brisé tout au long de l’aventure que ce soit avec le joueur ou le personnage à l’écran. L’humour fonctionne bien dans l’ensemble.

Côté campagne, Dungeons 3 se divise en deux : l’aménagement d’un donjon souterrain etTest Dungeons 3 la destruction des troupes ennemis  à la surface. La construction du donjon reprend les mécaniques des précédents épisodes en l’agrémentant de nouveautés. On peut construire plus de salles, disposer plus de pièges ou encore invoquer de nombreuses créatures qui protégeront notre donjon. La gestion est peut-être plus complexe mais donne un sentiment de satisfaction à la fin. Cela aussi dû à une interface qui se révèle instinctif pour les connaisseurs, pour les autres, on peut être vite perdu à l’orée des menus. Même s’il est intéressant de gérer tout ce petit monde, il en devient redonnant après la dizaine de missions parcourues (20 au total). Un problème déjà présent dans les volets précédents. La difficulté est aussi inexistante en sous-sol qu’à la surface étant donné que si l’on monte une équipe équilibrée ou qu’on débloque le sort des météorites, on réussira sans sourciller.

Jeu à petit budget, Dungeons 3 arbore une robe graphique cartoon en alliant un design des personnages assez générique pour souligner le côté cliché du jeu. Cependant, il faut noter une version française de haute volée grâce aux punchlines du narrateur. Les musiques reprennent les thèmes de l’heroic fantasy bien connu du public. Enfin, il faut savoir que le jeu peut être joué avec un ami. Une bonne raison pour se payer une tranche de rigolade à deux grâce au narrateur.

Dungeons 3 ne bouleverse pas la série pour les joueurs expérimentés du genre. Pour les autres, c’est un bon moyen de commencer en douceur grâce à une gestion simplifiée et un narrateur au taquet. Reste des défauts (rythme lent, scénario anecdotique…) qui peuvent rebuter à passer à la caisse. Dungeons 3 est un jeu sympathique mais qui ne restera pas dans les annales.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here