test downwell
Jeux Vidéo Tests

Test : Downwell

8 décembre 2015

Depuis le succès mérité d’Hotline Miami en 2012, l’éditeur américain Devolver Digital est devenu une figure emblématique du jeu indé. Leurs projets arrivent aujourd’hui sur les consoles de salon alors qu’ils étaient réservés au PC jusqu’à un certain temps. En atteste le nombre de jeux que j’ai sur PC et PS4 de cet éditeur. Mais il y a un qui a retenu toute mon attention en cette fin d’année : Downwell.

Bonne pioche

La première fois que j’ai entendu parler de Downwell, c’était dans l’excellente émission de Gamekult du samedi matin. Boulapoire, rédacteur du site, exposait ses aventures sur ce jeu. J’écoutais brièvement ses propos puis je passais à autre chose. Dernièrement ce fût les soldes Steam et le très cher DilanNoKaze fit remarquer sur Twitter que le dit jeu était à seulement deux euros. Ni une, ni deux, je dégainai mon compte paypal pour le tester.

test downwellCrée par le japonais Moppin, Downwell nous fait incarner un petit personnage qui devra descendre au plus profond d’un puits découpé en plusieurs niveaux. Pour cela, il sera équipé de bottes meurtrières qui tireront des salves de balles et se rechargeront dès qu’on touchera le sol. Bien entendu, différents monstres nous bloqueront le passage afin de terminer notre niveau. On récupère des joyaux en sautant sur les ennemis ou détruisant le décor, le but étant de faire le plus gros score sans mourir car on recommence au début. Un gameplay simple mais la maîtrise de ce dernier est plus difficile étant donné que les tableaux deviennent de plus en plus durs. Heureusement, quelques grottes disséminées dans les niveaux permettent de récupérer des éléments comme un shotgun ou un laser pour se débarrasser des obstacles. On peut aussi rencontrer un vendeur qui nous proposera trois items au choix contre des joyaux. Enfin à chaque fin de niveau, on a la possibilité de choisir entre trois capacités pour le stage suivant. On débloque aussi des styles qui impacteront sur le gameplay. Le choix de partir avec plus de points de vie, trouver que des améliorations de tir et moins de magasins sont des exemples de styles qui donnent une grande rejouabilité au titre de Devolver.

Hommage à la Game Boy

Les jeux Devolver ont toujours une patte graphique bien à eux. Downwell n’échappe pas à la règle en proposant une ambiance noir et blanc teinté de rouge. Minimaliste n’est-ce pas ? Cependant, on peut débloquer des « palettes » de couleurs. Pastel, Game Boy ou encore Virtual Boy, Downwell se pare d’une collection de couleurs des plus beaux effets. La musique est quant à elle très sympa et s’accorde à la frénésie des niveaux. Jouable au clavier comme à la manette, Downwell est aussi disponible sur iOS et Android au prix de trois euros.

Downwell, c’est avant tout un gameplay efficace qui se doit d’être maîtrisé afin d’arriver au bout du puits. De nombreuses tentatives seront requises au vu de la difficulté croissante. Néanmoins, on pourra compter sur de nombreux bonus pour arriver à nos. Un jeu addictif à la direction artistique minimaliste qui fait mouche en cette fin d’année.

test downwell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.