Test : Days Gone, le meilleur jeu The Walking Dead ?

2
61
Test Days Gone le meilleur jeu The Walking Dead

L’apocalypse zombie est un sujet qui est passé sur tous les supports, que ce soit la littérature, le cinéma, la télévision et bien sûr le jeu vidéo. En 2016, Bend Studio dévoile Days Gone et veut sa part du gâteau putride. Le développement a commencé en 2012 et n’arriva seulement à son terme que le 26 avril dernier chez nous. Connu pour Syphon Filter (PS1) et Uncharted Goldend Abyss (PS VITA), Bend Studio avait-il les épaules assez larges pour se lancer dans une telle production ? C’est ce qu’on va voir ensemble sur les terres de ce No Man’s Land.

Deacon St John, le rebelle

Test Days Gone le meilleur jeu The Walking Dead Avec Days Gone, la centaine de développeurs chez Bend Studio avait à cœur de passer une étape dans les jeux qu’ils produisaient jusqu’ici. Basé en Oregon, le studio a choisi cet état pour dépeindre les aventures de Deacon et son pote Boozer. Deux ans après la disparition de sa femme suite à l’apocalypse, Deacon tente de survivre dans un monde en proie à des infectés. Accompagné de son ami Boozer, ils parcourent à moto l’état américain à la recherche de contrats glanés auprès des différents camps de survivants. Mais un jour, Deacon reprend espoir en pensant que sa femme, Sarah, est toujours vivante suite à de nouveaux événements. Le pitch de départ de Days Gone est très classique et ne se révélera jamais comme étant un vrai point fort tout au long de ces 35 heures de jeu (quête principale + quelques quêtes annexes). La faute a un rythme presque soporifique et une narration poussive. Pour être honnête, je n’ai jamais vraiment réussi à rentrer dans l’histoire à part peut-être sur le dernier quart du jeu qui a piqué un peu ma curiosité. Cependant, il était déjà trop tard. Les personnages n’arrivent pas à susciter des émotions que ce soit dans les dialogues ou des scènes qui devraient être marquantes.

On a clairement à faire aux stéréotypes des productions TV ou cinéma qu’on connait. Le rebelle (Deacon) à la Daryl, le chef de camp qui pense encore qu’il y a du bon dans les êtres humains qui restent ou encore la secte qui pense que les mutants sont la prochaine évolution. Bend Studio n’épargne aucun cliché et se complaît dedans jusqu’au bout, si bien que le scénario est cousu de fils blancs. Heureusement, l’ambiance fait le travail avec des environnements qui rappellent les événements passés. Ces impressions de solitude et de désolation se font ressentir durant les premières dix heures de jeu. On prendrait presque le temps de capturer ces instants tant les paysages sont magnifiques et les effets de lumière saisissants. Pourtant les mutants grouillent dans les forêts de l’Oregon, vaquant à la recherche de cadavres pour se nourrir. La première rencontre avec une horde est aussi impressionnante puis on la retrouve dans le scénario où là, la tension monte vraiment d’un cran. L’élimination d’une horde est quelque chose très rigoureux. Il faut faire le plein de munitions à ras bord. Connaître les lieux presque comme sa poche pour pouvoir guider la horde afin de l’éliminer. Pour résumé, on peut mettre 30 minutes à se préparer pour se faire submerger en moins de 5 secondes. La horde est la mécanique du jeu qui marche le mieux et fournit un vrai sentiment de stress.

Pot-pourri

Test Days Gone le meilleur jeu The Walking Dead Tout cela est contrebalancé par un gameplay emprunté à droite et à gauche. Le craft de The Last of Us, le nettoyage de camp de Far Cry, etc… Reste que l’impact des balles est crédible et donne des affrontements plus que correct malgré une I.A assez nulle, que ce soit humaine ou mutante. Si la prise en main de la moto semble bizarre la première fois à cause d’une sorte d’inertie prononcée, la suite de l’aventure permet de l’améliorer afin de rendre les trajets moins douloureux. Surveillez bien la jauge d’essence, la panne n’est jamais loin. La météo est spectaculaire mains n’influent pas sur la conduite. La pluie et l’orage renforce cette ambiance d’apocalypse tout en faisant resurgir les infectés sous les précipitations. Days Gone reste un open-world plutôt joli graphiquement et met en avant des animations faciales convaincantes. Cependant la version française du jeu ne l’est pas et loupe le coche de la crédibilité.

Days Gone aurait pu en rester là mais les différents bugs viennent encore plus noircir le tableau. Des ralentissements, des plantages, des écrans noirs ou encore des respawn juste devant l’ennemi sont le lot des choses qui arrivent quand on y joue. Et ce n’est pas sans le suivi exemplaire (1er patch le dimanche suivant la sortie du jeu) des développeurs que le jeu s’en sort aujourd’hui. Bien sûr qu’ils ne sont pas qu’une petite équipe comparée aux autres studios mais la finition se doit d’être de qualité, encore plus quand on est une exclusivité Playstation selon moi.

J’ai failli lâcher le jeu à plusieurs reprises dû à un scénario qui a énormément de mal à décoller pourtant il a ce petit truc concernant l’ambiance qui m’a fait revenir dessus. Days Gone est un jeu bancal avec un certain charme malgré ses bugs. Reste à savoir si vous êtes prêts à endurer cela pour avoir le fin mot de l’histoire.

2 COMMENTS

  1. Personnellement, je suis fan des jeux qui traitent de l’apocalypse et des zombies. Mon préféré est The Last of Us. Après avoir lu ton article, je dois dire que je suis tentée d’essayer Days Gone. En fait, je l’ai récemment vu en magasin et je me demandais justement si je devais l’obtenir.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.