Test : Children of Morta (PS4)

J’ai eu mon premier PC vers l’âge de 11 ans pour mon entrée au collège. On nous demandait d’avoir Internet pour faire nos recherches pour nos exposés. Bien entendu, j’ai très vite dévié vers les jeux vidéo. J’ai squatté pendant un temps le Pinball de Windows puis vint les premiers jeux : Half-Life, Far Cry ou encore Diablo II. Le hack’n’slash n’est pas un de mes genres préférés mais quand Children of Morta a montré le bout de son nez, j’ai tout de suite accroché. Concrètement que vaut Children of Morta, le dernier jeu du studio Dead Mage

Ma famille d’abord

La famille Bergson de Children of MortaLes Bergson sont une famille un peu particulière, ce sont les gardiens du mont Morta depuis des décennies. La corruption a pris possession des lieux et ces derniers se voient contraints d’agir. John, le père, prend les choses en mains et est le premier à se lancer à l’aventure. C’est aussi le tutoriel du jeu qui nous apprend à les bases du gameplay (coups de bases, dash/esquive, rage). John est équipé d’une épée et d’un bouclier, ce qui en fait un guerrier au combat rapproché. 

Au fur et à mesure de notre aventure, on débloquera d’autres membres : Linda, l’archère ; Kevin, l’assassin ; Mark, le moine ; Lucy, la pyromancienne et Joey, l’homme au marteau. Chacun personnage a un style de combat : rapproché ou à distance. Puis des capacités à débloquer dans l’arbre de compétence durant toute l’aventure. Ce sont clairement des archétypes du hack’n’slash mais la prise en main est rapide et efficace. Mention spéciale à Linda avec qui j’ai passé de nombreuses heures à parcourir les cavernes du Morta

Mais attention, si on utilise trop un personnage, la fatigue fera son apparition et aura des conséquences sur la santé du membre familial. C’est aussi un bon moyen d’obliger le joueur à découvrir d’autres gameplays en utilisant Mark ou encore Joey par exemple. 

En plein dans le mille

Un gameplay classique mais efficace dans Children of MortaChildren of Morta, c’est aussi un jeu avec un aspect rogue lite où l’on recommencera beaucoup avec différents objets pour améliorer nos capacités. Les niveaux sont générés aléatoirement ce qui diminue la lassitude lié au genre du hack’n’slash. A chaque mort, on perdra les objets récoltés mais on gardera l’argent récupéré sur les ennemis morts. Cet argent permettra d’améliorer des capacités dans l’atelier comme une meilleure santé ou être plus rapide dans ces déplacements. 

On pourra aussi augmenter des compétences dans le livre de Rea, la grand-mère de la famille. Par exemple, on peut augmenter la quantité d’expérience gagnée en terrassant les ennemis. Toutes ces améliorations sont destinées à toute la famille et se feront à la maison des Bergson, véritable hub du jeu.

En effet, on peut y voir chaque membre vaqué dans ses appartements ou dehors. C’est aussi le moment où l’histoire se dévoile au fur et mesure que l’on avance. Le narrateur met un point d’orgue à compter les aventures des gardiens de Morta, ce qui renforce l’immersion déjà forte grâce au pixel-art de toute beauté et à l’animation des héros. Children of Morta peut compter sur une durée de vie en moyenne entre 12 et 14h. Toutefois, la difficulté est assez relevée et le nombre d’ennemis conséquent à chaque partie. On peut alors faire appel à un ami pour réaliser ce périple en coop. 

Les seuls points négatifs sont une lisibilité moindre lors de l’afflux d’ennemis. On peut vite être perdu car ces derniers sont peu différents et le bestiaire est souvent le même. Du moins sur les dix premières heures. Suis alors un problème lié à la PS4, ce sont des petites chutes de framerate qui viennent perturber sans plus de mal l’aventure. 

Children of Morta est une des bonnes surprises de cette année. Une direction artistique qui accroche, un gameplay classique mais efficace et cette envie de revenir malgré la perte de notre personnage. Dead Mage livre un jeu qui est clairement à mettre dans le haut du panier de 2019.

electrostreetfr
Je suis Cyril, c'est moi qui est derrière electrostreet.fr depuis 2015. Ce blog, c'est mon repère où je parle jeux vidéo et high-tech. Si tu veux en savoir sur mon parcours, la page À Propos t'en apprendra plus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

DERNIERS ARTICLES

PS5 : quels jeux au lancement ?

Sony et Microsoft seront au coude à coude en fin d’année avec le lancement de leurs nouvelles machines : la PS5 et la Xbox Series...

Xcloud, mon avis sur le cloud gaming de Microsoft

Alors que la France arrive à la fin de son confinement le 11 mai prochain normalement, le dématérialisé aura été là pour contenter les...

Nioh 2, une suite toujours exigeante

Alors que Nioh premier du nom a mis 13 ans avant de sortir (2017), Nioh 2 quant à lui, aura mis seulement 3 ans...

Test : Scourgebringer (Early Access)

Chez les indépendants, il est monnaie courante de sortir un jeu en early access afin d’avoir le retour des joueurs. C’est cette option qu’a...

Edito #7 : La blogosphère jeux vidéo ne se renouvèle pas

Un blog est un type de site web utilisé pour la publication périodique et régulière d’articles personnels. Ceci est la définition d’un blog. Aujourd’hui,...
ipsum ultricies libero risus. quis, ut adipiscing ut ut