Test : AER Memories of Old

0
80
Test AER Memories of Old

Crée en 2011, le studio indépendant suédois Forgetten Key, accouche de son premier jeu cette semaine. AER Memories of Old, présenté brièvement en 2012, est présent dans la sélection de l’Indie Cade 2016, le festival international du jeu indé. Pour ma part, c’est un communiqué de presse qui m’a renseigné sur ce jeu, qui était complètement passé sous mon radar. Préparez-vous, on embarque avec Auk pour le test d’AER Memories of Old.

Jeu envoyé par l’éditeur 

I believe i can fly

Test AER Memories of OldAER Memories of Old est un jeu d’exploration où l’on se retrouve dans la peau de la jeune Auk, qui doit terminer une prophétie établie il y a des années. Elle reçoit le pouvoir de se transformer en oiseau pour visiter les différentes îles suspendues qui composent le monde d’AER. Le passage de femme à l’oiseau se fait en une simple pression sur un bouton de la manette. Les sensations de vol sont excellentes, on s’amuse à faire de la chute libre jusqu’à se changer à la dernière minute. On parcourt le monde à toute vitesse à travers les nuages à la recherche des temples et animaux mystiques pour notre quête. Mais voilà, les déplacements d’Auk en forme humaine, sont lourds et aucunement précis dans les sauts. Heureusement, les phases de plate-forme sont minimes mais gâche un peu la fête. Et c’est la même chose pour la difficulté des puzzles dans les temples qui s’avère inexistante. On actionne 3 boutons, on aligne 2 formes et le tour est joué. Il est aussi impossible de se perdre dans un temple tant tout se rejoint pour accomplir notre devoir. Un enfant d’une douzaine d’année s’en sortirait très bien par exemple.

Cependant, il faut reconnaître le travail des développeurs sur le monde d’AER rempli deTest AER Memories of Old couleurs allant de pair avec les saisons représentées dans chaque coin de la carte. C’est minimaliste comme on peut le voir dans une tripotée de jeux aujourd’hui mais tout est bien agencé. Reste que les interactions avec le monde sont insignifiantes. A part d’anciens textes à lire et rencontrer quelques animaux, AER Memories of Old ne propose rien d’autre. Et ce n’est pas la fin de l’histoire qui donnera plus d’explications tant cette dernière se termine comme un cheveu sur la soupe. Dommage, on aurait bien voulu en savoir plus sur Auk. Pour une quinzaine d’euros, AER Memories of Old se traverse entre trois et cinq heures selon votre degré d’exploration. C’est très court sachant qu’il n’y a pas grand-chose à faire et que la rejouabilité est inexistante.

Avec AER Memories of Old, Forgotten Key et Daedalic livre un projet sympathique mais complètement oubliable dans les heures que suivra la fin du jeu. La faute a un gros manque de choses à faire et une durée de vie bien trop courte. Cependant, il en ressort de très bonnes sensations de vol tout au long de l’aventure. A prendre en promotion sur les stores PC et consoles.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here