Preview : ScourgeBringer – Gamescom 2019

Depuis quelques semaines, je suivais de loin les aventures de ScourgeBringer, nouveau jeu du studio Flying Oak Games, sur Twitter. Cette Gamescom fut l’occasion d’aller tester le jeu qui bougeait déjà très bien sur les gifs postés. J’ai pu rencontrer Thomas, développeur sur le jeu sur le stand Dear Villagers.  Je suis ressorti de ce rendez-vous plus que conquis et je m’en vais vous le conter.

Quand Dead Cells rencontre Céleste

Les niveaux de ScourgeBringer sont générés aléatoirementChez Flying Oak Games, ils ne sont que trois personnes à bosser sur ScourgeBringer. Thomas qui s’occupe du développement, Florian qui gère la partie graphique des niveaux et un compositeur en freelance qui réalise la bande-son du jeu. Après Neurovoider, leur twin-stick shooter RPG, les français se sont lancés sur un tout autre genre qui mixe des influences comme Dead Cells, Céleste, Downwell ou encore Broforce. ScourgeBringer est un fast action plateformer rogue-like où les niveaux sont générés aléatoirement avec des ennemis à se défaire.

Armé de son katana et de son flingue, notre héroïne, Kyhra, rencontre plusieurs types d’ennemis sur sa route. Le feeling manette en main est très bon, on a réellement le contrôle du personnage de bout en bout. Kyhra répond au doigt et àKyhra a différents coups pour se défaire des ennemis l’œil dans n’importe quelle situation, c’est totalement grisant. Thomas me racontait qu’ils ont passé 1 an à 1 an et demi sur le gameplay et son ressenti pad en mains. Mais cela ne s’arrête pas là, notre héroïne peut aussi exécuter des dash dans tous les sens pour se libérer de ses antagonistes. Elle peut aussi asséner de plus gros coups qui assomment les ennemies pour les terminer plus facilement. Enfin, Kyhra rencontra sur sa route des autels où elle pourra augmenter ses HP ou faire plus de dégâts. Un arbre de compétences est aussi prévu et permettra d’améliorer encore plus les capacités de notre personnage.

Mais ScourgeBringer, c’est aussi un soin tout apporté à la direction artistique en pixel art. C’est Florian qui s’occupe de cette partie et on peut dire que les niveaux ont un certain cachet. Ces derniers sont générés aléatoirement à chaque changement d’écran ou quand vous perdez votre partie. Pour nous aider dans notre quête, on peut tenter de trouver un marchand qui nous offrira quelques bonus utiles contre des deniers. Une early access est prévue en 2020 et vous pouvez déjà rejoindre le Discord du studio pour apporter votre contribution au développement en testant l’alpha.

ScourgeBringer est bien parti pour être un solide jeu tant le feeling et la sensation de maîtrise de Kyhra sont déjà des atouts marquants pour la suite des événements.

electrostreetfr
Je suis Cyril, c'est moi qui est derrière electrostreet.fr depuis 2015. Ce blog, c'est mon repère où je parle jeux vidéo et high-tech. Si tu veux en savoir sur mon parcours, la page À Propos t'en apprendra plus.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

instagram

Derniers articles

Nioh 2, une suite toujours exigeante

Alors que Nioh premier du nom a mis 13 ans avant de sortir (2017), Nioh 2 quant à lui, aura mis seulement 3 ans...

Test : Scourgebringer (Early Access)

Chez les indépendants, il est monnaie courante de sortir un jeu en early access afin d’avoir le retour des joueurs. C’est cette option qu’a...

Edito #7 : La blogosphère jeux vidéo ne se renouvèle pas

Un blog est un type de site web utilisé pour la publication périodique et régulière d’articles personnels. Ceci est la définition d’un blog. Aujourd’hui,...

Death Stranding: J’ai passé 20h avec Kojima

Hideo Kojima est une des figures emblématiques qui symbolise le jeu vidéo. Il a été mis sous le feu des projecteurs grâce à la...

Adresse : Virtuel Center – Vannes

La réalité virtuelle est encore un marché tout jeune. En 2019, on a quand même vu Oculus diversifier son offre avec l’Oculus Quest qui...
vel, elementum id, elit. ut suscipit