Preview : Metro Exodus

4
341
Preview Metro Exodus

Ici débute les previews de la Gamescom avec un premier jeu en la personne de Metro Exodus. Après deux opus plutôt bien accueillis par les joueurs, Metro Exodus viendra conclure l’histoire d’Artyom le 22 février 2019. Les développeurs de 4A Games ont laissé le jeu s’approcher pendant 45 minutes pour parcourir les environnements de Moscou. Enfilez votre chapka et découvrez ma preview sur Metro Exodus.

Du couloir à l’ouverture

Preview Metro ExSi les précédents jeux se passaient la plupart du temps dans des couloirs, Metro Exodus est bien décidé à changer la donne en permettant au joueur d’explorer de plus grandes zones afin d’avancer dans l’histoire. En effet, Artyom se déplace à bord de l’Aurora, une imposante locomotive. Dans cette bêta durant la Gamescom, on arrivait dans une forêt luxuriante où l’automne montrait toute sa puissance florale. Un pauvre homme attaché à un poteau, attendait de se faire croquer par un loup. On décochait alors un carreau dans la gueule de l’animal et libérait le pauvre bougre. On continuait notre chemin pour arriver à quelques bâtiments occupés par d’autres survivants ennemis.

C’est à ce moment que le gameplay de Metro Exodus se démontre en proposant la possibilité de personnaliser ses armes en passant par un établi. Votre sac à dos va devenir votre meilleur ami car il permettra aussi de crafter des kits médicaux, molotov ou encore des carreaux d’arbalètes. Affûté de notre mitraillette et autres pétoires, les ennemis tombaient un à un que ce soit d’une manière explosive ou sournoise en leur passant dans le dos. L’environnement est grand et beau, les effets de lumière sont clairement saisissants.

Ambiance solitaire

La bêta continue avec un passage de nuit toujours dans la forêt où on arrive devant une petite forteresse à prendre d’assaut. Y aller tête baissée est du suicide tant le nombre de munitions se fait rare et les ennemis sont en surnombre. C’est là que le level-design de Metro Exodus change par rapport aux précédents jeux. En retournant sur nos pas, on découvre une grotte où l’on s’engouffre sans vraiment savoir où on atterrira. L’ambiance est glauque, on est seul et on aperçoit un peu de lumière. Un feu de camp nous attend. Ce dernier permet de passer la nuit, de récupérer de la vie ou encore faire l’inventaire de nos trouvailles. Car dans Metro Exodus, fouiller deviendra une seconde nature pour crafter nos munitions et objets de soins. La grotte remonte pour arriver dans la fameuse forteresse. Les survivants sont armés jusqu’aux dents et nous, tout le contraire. Seule solution : la jouer en mode infiltration. Les carreaux d’arbalètes pleuvent, les cocktails molotov aussi. On s’y reprend à plusieurs fois en pensant que c’était le dernier mais non. La bêta est déjà terminée, on reste sur un goût d’inachevé.

Metro Exodus est bien parti pour être un FPS solide avec une ambiance aux petits oignons et un gameplay survivaliste où chaque munition compte. D’autant que le titre de 4A Games est à tomber par terre sur PC, l’univers riche de Metro Exodus y est aussi pour beaucoup. On hâte de le revoir très vite.

4 COMMENTS

  1. […] La preview de Metro Exodus à la Gamescom m’avait mis l’eau à la bouche. Cependant, ce dernier m’a un peu déçu durant les 10-15 heures d’aventure. Le jeu est des plus corrects comme ses prédécesseurs mais rate le coche pour conclure l’histoire d’Artyom. La faute à un scénario pas très palpitant et une ouverture des niveaux pas très utiles en fin de compte. La formule claustrophobique rend plus justice à toute cette tension qui émanait de cette vie souterraine. […]

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.