Nioh 2, une suite toujours exigeante

Alors que Nioh premier du nom a mis 13 ans avant de sortir (2017), Nioh 2 quant à lui, aura mis seulement 3 ans en se dévoilant au public le 12 mars dernier. Nioh avait été une vraie claque pour moi il y a quelques années, me prouvant à moi-même que j’étais capable de terminer un de ces jeux à l’essence darksoulienne. J’attendais donc sa suite avec impatience. Étant actuellement dessus, cet article revient sur mes premières heures de jeu dans ce Japon féodal habité par les yokai.

Nioh 2, préquel mais pas que

Nioh 2 est ce que l’on appelle un préquel, c’est-à-dire qu’il se déroule avant les aventures de William du premier jeu. On n’y incarne plus le beau blond anglais mais bien un personnage que l’on crée de A à Z avec un nombre de possibilités hallucinantes. Pour ma part, j’ai fait une guerrière que je tente de faire ressembler à une ninja grâce aux différentes pièces d’armures collectées. Concernant l’histoire, j’avoue que je l’ai complètement zappé tant elle est anecdotique et nous fait rencontrée des personnages inintéressants. On est là pour le gameplay !

Nioh 2, un gameplay affûté

Mon personnage dans Nioh 2Le premier Nioh avait inséré les postures, ces manières de tenir son arme qui influent sur les dégâts que l’on fait. Pour Nioh 2, notre personnage a la possibilité de se transformer en yokai, on devient donc un hybride qui fait encore plus mal. Le contre-yokai est une technique qu’il faudra maîtriser car elle devient essentielle face aux boss. On pourra aussi assigner deux compétences yokai que l’on débloque grâce aux noyaux d’âmes. Ces derniers sont le carburant qui remplit la nouvelle jauge d’anima. Cette barre se vide au fur et à mesure que vous utilisez ces pouvoirs ou que vous esquivez dans mon cas. Ces deux compétences sont à ajouter à notre esprit protecteur qui fait son retour. J’espère le retour du phénix dans la suite du jeu, qui faisait très mal dans le premier jeu.

Mon avis sur Nioh 2

A l’heure actuelle où j’écris ces lignes, je viens de terminer la première région du jeu. Les réflexes du premier jeu ont mis un peu de temps à revenir mais je suis presque arrivé à bout de toutes les missions de cette région. Le feeling est toujours aussi bon et différent d’un Bloodborne ou un Sekiro. Nioh 2 garde cette vivacité et cette générosité qui le caractérisent. J’ai eu du mal à assimiler le contre-yokai ne l’utilisant presque pas au départ. Puis je me suis rendu compte qu’il était indispensable dans les affrontements notamment contre Yatsu-no-Kami.

Pour le moment, je n’ai pas grand-chose à redire sur ce Nioh 2 si ce n’est sa caméra qui va se fourrer n’importe où quand on tente de délocker un ennemi. Cela m’a valu plusieurs morts débiles. Nioh 2 est dans la parfaite continuité du premier jeu avec des ajouts forts sympathiques. A voir la suite des événements mais on est parti pour avoir un digne héritier de Nioh.

electrostreetfr
Je suis Cyril, c'est moi qui est derrière electrostreet.fr depuis 2015. Ce blog, c'est mon repère où je parle jeux vidéo et high-tech. Si tu veux en savoir sur mon parcours, la page À Propos t'en apprendra plus.

DERNIERS ARTICLES

PS5 : quels jeux au lancement ?

Sony et Microsoft seront au coude à coude en fin d’année avec le lancement de leurs nouvelles machines : la PS5 et la Xbox Series...

Xcloud, mon avis sur le cloud gaming de Microsoft

Alors que la France arrive à la fin de son confinement le 11 mai prochain normalement, le dématérialisé aura été là pour contenter les...

Nioh 2, une suite toujours exigeante

Alors que Nioh premier du nom a mis 13 ans avant de sortir (2017), Nioh 2 quant à lui, aura mis seulement 3 ans...

Test : Scourgebringer (Early Access)

Chez les indépendants, il est monnaie courante de sortir un jeu en early access afin d’avoir le retour des joueurs. C’est cette option qu’a...

Edito #7 : La blogosphère jeux vidéo ne se renouvèle pas

Un blog est un type de site web utilisé pour la publication périodique et régulière d’articles personnels. Ceci est la définition d’un blog. Aujourd’hui,...
consequat. ultricies vel, mattis Aenean tempus felis at pulvinar non massa