Edito #5 : C’est plus que du jeu vidéo

0
139

Cela fait plus de 20 ans que je joue aux jeux vidéo, mon intérêt pour ce média n’a fait qu’évoluer au fil des années. Petit, Je rêvais de devenir testeur de jeu vidéo avec l’idée préconçue qu’on jouait toute la journée en se faisant payer. Puis à la sortie du bac, le métier de développeur m’effleura l’esprit très rapidement. A côté de cela, tous les mois, j’achetais mon magazine de jeux vidéo me passionnant sur les retours des journalistes sur ces jeux que j’attendais fermement. Aujourd’hui, j’écris ces quelques lignes pour vous faire part d’une prise de conscience. Le jeu vidéo, c’est plus que du jeu.

Le jeu vidéo est une industrie 

Edito c'est plus que du jeu vidéoAoût 2018, je m’apprête à vivre ma deuxième Gamescom à Cologne, en Allemagne. J’ai pu décrocher le fameux sésame en tant que blogueur et j’ai pu organiser quelques rendez-vous avec des éditeurs pour voir leurs jeux. Le jour J arrive, le monde s’amasse devant les entrées du Koelmesse puis les portes s’ouvrent. Les rendez-vous s’enchaînent sur la partie business du salon. J’ai un peu de temps avant le prochain, je décide de me rendre chez Electronic Arts. Grosse surprise, l’éditeur américain a réservé un hall entier. Un hall entier dédié à la presse, aux investisseurs ou encore aux influenceurs. Je n’avais jamais vu ça, j’ai été pris un peu de court par le gigantisme de cette installation. Boissons et nourriture gratuites, des dizaines et dizaines de bornes de FIFA 19 et de Battlefied V. Je venais de comprendre ce que s’était que d’être un des plus gros éditeurs de jeux vidéo dans le monde. De l’autre côté, j’ai rencontré les développeurs du studio indé Fusebox Games qui venaient présenter leur jeu Godlings. C’était ma première rencontre avec un studio indépendant, le contact fut très bon. J’ai testé leur jeu pendant quelques minutes et malgré ce court laps de temps, je voyais que mon retour les intéressait. Rencontrer ces personnes qui bossent des heures et des heures sur un jeu était très passionnant. Ce que je retiens de ces rendez-vous à la Gamescom, c’est qu’il faut s’intéresser aux personnes derrières les jeux. Ce sont ces hommes et ces femmes qui travaillent ardemment pour finir le jeu que l’on mettra dans nos consoles prochainement.

Cette prise de conscience que j’ai eue en rentrant de la Gamescom, s’est accentuée avec laEdito c'est plus que du jeu vidéo lecture du livre « Du sang, des larmes et des pixels » de Jason Schreier, rédacteur sur le site Kotaku. Il revient sur le développement de dix jeux allant de The Witcher 3 à Stardew Valley en passant par feu Star Wars 1313. On y découvre des employés embarqués dans plusieurs histoires. Différends créatifs, promesses de Kickstarter à remplir ou encore deadline à tenir sont le lot de péripéties quand on bosse dans l’industrie du jeu vidéo. Certains en arrivent même à bousiller leur santé ou leur vie de famille. Ces fameuses périodes de crunch (Coucou Rockstar) sont évoquées et démontrent encore une fois que c’est un problème important qui touchent des studios. Mais ce livre permet de prendre un peu plus conscience que le jeu vidéo est une industrie qui brasse des milliards chaque année avec des budgets de plus en plus importants et aussi toujours plus de développeurs.

La plupart des personnes qui jouent aux jeux vidéo n’ont pas conscience de tout ce qui se passe avant que le jeu n’arrive en rayon. Dernièrement, l’exemple qui m’a marqué est la fermeture de Telltale Games (The Walking Dead, Batman…) qui a suscité un retour incroyablement violent sur Twitter. « Bien fait pour leur gueule », « Leurs jeux, c’est de la merde » sont des choses que j’ai lu sur le réseau. Je suis le premier à dire que les jeux Telltale n’évoluent plus mais les réactions ont été hyper fortes selon moi. Les employés du studio sont passés de 250 à une trentaine de personnes restantes. Au-delà de la mauvaise gestion du studio, ce sont des centaines de personnes qui se sont retrouvées sur le carreau.

A mon humble niveau, j’aimerais que ces quelques mots que j’écris, ai une résonance chez certains d’entre vous. Je ne suis qu’un joueur qui a décidé un jour d’écrire sur cette passion et d’avoir l’opportunité de rencontrer des gens qui travaillent dans ce milieu. Aujourd’hui, je vois le jeu vidéo différemment. Ce n’est plus seulement le produit que j’achète à sa sortie mais plutôt tout le cheminement pour arriver à en faire ce que l’on appelle un jeu vidéo. J’aime cet univers, je n’arrive pas à m’en lasser, le jeu vidéo fait clairement partie de moi.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.