Doom Eternal serait disponible le 22 novembre
Jeux Vidéo Preview

Doom Eternal, la suite qui va dépoter – Gamescom 2019

28 août 2019

2016 était l’année de Doom, Id Software et Bethesda. Le taulier des FPS était revenu avec un nouvel épisode qui avait marqué les esprits tant par sa vivacité que par sa véracité. Trois ans après, Doom Eternal semble vouloir continuer dans cette voie en y ajoutant quelques petites nouveautés bienvenues. Doom Eternal était jouable à la Gamescom et j’en ai profité pour faire une partie sur le salon allemand.

Doom Eternal va faire des heureux

Mercredi matin, la Gamescom ouvrait à 9h pour la press et autres médias. Mon objectif était simple : jouer à Doom Eternal avant que le public rentre sur l’événement. 8h55, j’étais dans la file pour jouer à Doom Eternal. Après une petite vidéo de présentation en allemand, j’étais enfin prêt à en découdre. On avait le choix entre la manette et le clavier/souris. J’ai pris la seconde solution ô combien plus agréable et ce fut parti pour 30 minutes de jeu.

La démo commençait par un tutoriel qui permettait d’appréhender les nouveaux mouvements du Doom Slayer à savoir les double dash devant et sur les côtés, la possibilité de s’accrocher sur certaines parois pour la plate-forme et de des nouvelles capacités que je détaillerais ensuite.

Dans Doom Eternal, un lance-flamme fait son apparitionPassé ce tuto, les choses sérieuses commençaient dans la base orbitale de l’UAC où moult ennemis avaient pris possession des lieux. Armé du pompe, de la mitrailleuse et du fusil à plasma, il était temps de faire tomber quelques têtes. Et quel plaisir de retrouver ce gameplay arcade de Doom 2016. Ça bouge vite, ça découpe, ça éclate dans tous les sens, c’est le Doom qu’on veut de bout en bout. S’ajoute à cela quelques nouveautés comme le lance-flamme, le grappin intégré au fusil à pompe qui permet se rapprocher des ennemies en 2 secondes et le retour de la tronçonneuse. On retrouve la philosophie de Doom 2016 qui était que la meilleure défense était l’attaque. Le but est vraiment de ne pas rester statique pour éviter la mort.

L’autre nouveauté est que Doom Eternal devient plus stratégique face à certains ennemis. En effet, de nouveaux opposants font leur apparition comme cet énorme monstre, le Mancubus, ayant 2 canons greffés sur chaque bras. Pour s’enDe nouveaux ennemis seront présents dans Doom Eternal défaire, il faudra le désarmer puis le terminer comme il se doit. Autre exemple avec l’Arachnotron, ce monstre scorpion qui a un canon comme queue. On désintègre cette queue armée puis on lui fait sa fête. De plus, les dégâts sont en temps réel donc on voit concrètement leurs corps se déchirer devant nos yeux. Jouissif ! Les niveaux sont aussi un peu plus grands et on peut par exemple s’agripper à une barre tel un gymnaste pour passer de plateforme en plateforme. Doom Eternal demande beaucoup d’attention et de réflexes comme son prédécesseur.

Malheureusement juste avant d’arriver sur Mars, j’ai dû arrêter ma partie. Cependant, j’ai apprécié comme il se doit ce temps de jeu tant on retrouve les qualités qui ont fait le succès de Doom 2016 mais aussi en rajouter quelques nouveautés qui changent un peu la façon de jouer. Doom Eternal va être certainement un jeu à surveiller à sa sortie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.