Bien débuter dans Bloodborne, une partie de plaisir ?

0
141
Bien débuter dans Bloodborne, une partie de plaisir

En 2010, le studio japonais From Software débarquait avec Demon’s Souls en Europe. Hidetaka Miyazaki, créateur du jeu, ne devait pas savoir qu’il était à l’aube d’une nouvelle philosophie dans le petit monde du jeu vidéo. En effet, avec la série des Souls et Bloodborne, From Software a mis la difficulté au centre du design de leurs jeux. On pourrait même aller plus loin en parlant du dépassement de soi avec une composante die & retry. Miyazaki veut que l’on apprenne de nos erreurs. Et ce n’est pas Bloodborne qui dérogera à cette règle. Mais alors comment bien débuter dans Bloodborne ?

Quelques conseils

Si comme moi en 2015 vous n’aviez jamais touché à un Souls et vous souhaitiez vous lancer dans Bloodborne, vous avez dû être sacrément perdu. A cette période, j’étais seulement arrivé au premier vrai boss, c’est-à-dire vraiment pas loin après le début du jeu. J’ai ensuite lâchement abandonné prétextant que le jeu était trop dur et pas fait pour moi. Mais en Février 2017, un autre jeu du même genre m’a fait complètement changer d’avis. J’y reviendrais plus tard dans cet article.

Mais alors que faire quand on débute dans Bloodborne ? Et bien tout d’abord, il faut que vous créiez votre personnage en choisissant sa classe et son apparence. Puis vous aurez le choix des armes, à vous de décider. Prenez le temps d’examiner les statistiques de chaque arme, objet, vêtement pour établir votre panoplie de chasseur. Prendre le temps au départ dans Bloodborne est une chose à ne pas négliger. Le jeu ne comporte pas de carte, il faudra alors se débrouiller seul en trouvant des raccourcis et en analysant le comportement des ennemis. En effet, chaque opposant à ses propres mouvements. On ne sait pas comment ils réagissent. La seule chose à savoir est de ne jamais foncer tête baissée mais plutôt d’esquiver souvent, de bouger et d’essayer d’attaquer dans le dos.

Bien débuter dans Bloodborne, une partie de plaisir Bloodborne est un action-RPG, il comporte donc plusieurs statistiques pour votre personnage. Encore une fois, bien lire les caractéristiques du chasseur est une chose importante pour bien évoluer dans le jeu. Le rêve du chasseur est le lieu où l’on monte ses stats grâce à La Poupée. Il faudra alors farmer (engranger) les échos de sang en combattant les ennemis. Le mieux est d’améliorer la santé et l’endurance en premier lieu. Plus vous améliorez ses données, plus vous progresserez facilement. Mais en ayant toujours à l’esprit de ne pas foncer comme un bœuf dans le tas. Car au départ vous allez mourir beaucoup, c’est une certitude. Cependant, il ne faut pas voir la mort comme un échec mais plutôt comme un apprentissage. Par exemple, dans Hotline Miami, on meurt souvent au début car on ne connait pas les réactions des ennemis. Et bien dans Bloodborne, c’est un peu pareil. On ne sait rien, le jeu est difficile et on doit se débrouiller. Beaucoup diront que c’est la faute du jeu mais pas du tout. C’est plutôt la manière dont vous abordez Bloodborne qui est à revoir. Il faut comprendre le jeu avant de pouvoir commencer à jouer. C’est que je vais expliquer dans le paragraphe suivant.

Pourquoi j’ai relancé Bloodborne ?

J’ai relancé Bloodborne en ce début d’année car j’ai compris une chose qui me suis propreBien débuter dans Bloodborne, une partie de plaisir grâce à un autre jeu : Nioh. En effet, en 2017, la Team Ninja et Koei Tecmo veulent concurrencer la saga des Souls avec Nioh. Je savais exactement à quoi m’attendre avec ce jeu mais le Japon féodal m’intéressait fortement. J’ai donc pris mon courage à deux mains et le jeu atterrit dans ma console. Ce jeu fût clairement une révélation pour moi, j’ai réussi à le terminer et à prendre du plaisir. Du plaisir ! Sur un jeu qui veut vous tuer du début à la fin. Oui car j’ai enfin compris la philosophie derrière ce genre de jeu. La difficulté, c’est un fait. J’en ai franchement chié (désolé pas d’autres termes) sur Nioh notamment sur un deux contre un mémorable. Bien sûr je me rappelle encore le nombre de fois où j’ai insulté le jeu à maintes reprises mais la récompense n’était que plus belle. J’ai réussi à me dépasser, dépasser cette peur de l’échec et ce sentiment de ne pas être la hauteur. Nioh m’a appris à croire en mes capacités dans une certaine mesure et à me montrer que j’en suis capable. J’ai même acheté le season pass qu’il faut que je termine. Mais aujourd’hui, c’est un plaisir de retourner dans le monde créé par la Team Ninja.

C’est pour cela que j’ai enfin relancé Bloodborne dernièrement. J’apprécie dorénavant me perdre dans le monde fabuleux de Miyazaki. J’ai réussi à rebattre le Monstre Clérical, lui qui m’avait donné du fil à retordre en 2015. Aujourd’hui, j’ai réussi à le battre en cinq essais. Prochain objectif : Le Père Gascoigne.

Et pour tout vous dire, je crois que ma plus grosse attente de 2019 est Sekiro Shadow Die Twice. Marrant, non ?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.